Extropied Redonner de la patate au légume Retour à l'accueil

Profession du père : conducteur de fauteuil

30 novembre 2020

Je me suis acheté de nouvelles Nike, noires. Après les jaunes, les grises, les bleues, je trouvais que les noires collaient bien à la période. A part le départ programmé de Trump et l’arrivée imminente d’un vaccin anti Covid, peu de nouvelles réjouissantes pour égayer mon quotidien d’assisté végan, ou 100% légume, comme vous voudrez.
Au cœur de ce confinement allégé, je m’autorise deux jours de travail hebdomadaires au bureau, histoire de changer de perspective. Le reste du temps, je télétravaille et visioéchange, tentant, entre 13h00 à 15h00, de capter les derniers rayons d’un astre automnal déclinant. Comme pressenti, la seconde vague a bien déferlé, malgré les annonces contraires d’éminents négationnistes et a laminé nos espoirs de reprise sur ce dernier trimestre 2020. Et pourtant, ce n’est pas le travail qui manque pour gérer ce grand vide et tenter de rebondir en 2021. Je reste optimiste. En tant que personne à risque, je devrais faire partie des premières catégories à bénéficier du fameux vaccin. J’ai à ce propos beaucoup réfléchi, écouté moult spécialistes de la question sur YouTube ou Sud Radio et pris une décision difficile. Malgré tous les conseils hautement avisés que je reçois chaque jour via les médias alternatifs, je serai pourtant volontaire, en tant que personne ne risquant plus grand chose, pour me faire implanter cette puce 5G diluée dans le Big Pharma qui me permettra d’être totalement contrôlé par le puissant groupement libéral sioniste qui dirige le monde et accessoirement de me protéger de ce virus mortifère fabriqué par l’institut Pasteur pour éliminer quelques millions de pauvres improductifs. Je suis prêt. Au pire, en cas d’effets secondaires délétères, j’aurai l’opportunité de quitter prématurément ce monde abject et cette dictature policière, sanitaire et anti PMR qui restreint chaque jour mes libertés fondamentales. 

Ce serait dommage, car je me porte drôlement bien depuis mon retour en ville. Quelques spasmes supportables, un état cutané de bébé, des urines limpides, un transit de compète, deux tests COVID négatifs malgré la fréquentation rapprochée de quelques cas contacts… j’en oublierais presque par moment de me munir de mon attestation, de mon masque et de mon fauteuil roulant pour me rendre dans un commerce essentiel. Seul mon état psychologique reste relativement asthmatique durant cet automne anxiogène où le soleil et les neurones semblent avoir déserté l’environnement. Heureusement que mon dispositif de couvre feu personnel, instauré avec bonheur depuis 2015, me permet chaque jour, de 22h pétantes à 8h, de me réfugier dans un néant indolore où mes rêves ne sont plus exclusivement des cauchemars. Mes nuits sont un refuge. Les autres demeurent administrativement fermés.
Ma salle de sports « tétraccesible » a de nouveau baissé le rideau depuis le reconfinement. « L’Esquina », ma cantine en ville, un établissement sans ostentation dans lequel je convie très régulièrement mes différent(e)s ami(e)s pour le déjeuner, ne réouvrira au mieux que le 20 janvier de l’année prochaine. Reste mon cabinet de kinésithérapie, dans lequel j’essaye de me rendre une fois par semaine et qui lui, reste ouvert. Une séance hebdomadaire serait, paraît-il, insuffisante au regard de ma pathologie « lourde ». Personnellement, je trouve ça déjà raisonnable eu égard à mon temps disponible et mes besoins réels. Je m’en passe d’ailleurs très bien plusieurs semaines au cours de l’été. Vous noterez au passage à quel point je suis bon élève face au déficit chronique de notre système de santé. 

Pour accéder à ce cabinet médical, un patient valide choisira bien sûr l’entrée qui a pignon sur rue. Mais les cinq marches menant à la porte feront préférer l’entrée Est, côté contre allée, aux nombreux patients en fauteuil roulant. Problème : pour accéder au hall d’entrée, il faudra tout de même franchir une infime marche de 8 cm. Huit petits centimètres qui hélas restent un obstacle infranchissable pour un fauteuil isolé et il faut compter sur l’aide d’un accompagnateur ou de la praticienne pour s’en affranchir. Dès que j’ai commencé à fréquenter ce cabinet, j’ai lourdement milité pour l’installation d’une rampe d’accès permanente (mais démontable) de 40 cm environ, autorisant une certaine autonomie aux patients en quête d’indépendance et soulageant ma kinésithérapeute, enceinte de son état. Une demande en ce sens a donc été formalisée auprès de l’assemblée des copropriétaires de l’immeuble. Dix-huit mois plus tard, une réponse a enfin été obtenue. Celle-ci est négative. J’y vois deux possibilités. Soit la majorité des propriétaires (dont certains sont âgés et pourraient très bien avoir recours à ce mode de déplacement un jour prochain), mise à mal par un recul net de son pouvoir d’achat, n’entend pas participer à cet investissement. Ce qui est entendable et, dans ce cas, le cabinet serait évidemment disposé à le prendre en charge. Soit la majorité des propriétaires est composée de gros cons, ce qui n’est pas si exceptionnel quand on fréquente les assemblées de copropriétaires. Dans le second cas, j’ai enjoint mes interlocuteurs à ne surtout pas lâcher l’affaire. C’est appréciable, en ces temps de plaisirs confisqués, de trouver de nouvelles sources de motivation.

Si tous mes événements professionnels ont été annulés, ou presque, il reste tout de même quelques événements familiaux à célébrer. Après les 85 ans de ma chère maman en Bourgogne, nous avons fêté sobrement cette semaine, confinement oblige, le 6ème anniversaire d’Agathe. C’était la première fois qu’elle conviait, à cette occasion, ses copains et copines en visio sur Zoom. Une formule encore assez bruyante mais qui nécessite bien moins de rangement après coup, un avantage non négligeable. Agathe est donc née en 2014, sept mois et demi après mon accident. Elle ne m’a jamais connu qu’en fauteuil. Pour elle, tout est absolument normal. C’est maman qui conduit et papa voyage dans le coffre, avec les valises et le chat. Papa est presque toujours présent à la maison, mais participe assez peu aux tâches domestiques. Chez Agathe, c’est maman qui bricole, sort les poubelles et allume le barbecue. Chaque jour, une dame vient aider papa à faire sa toilette et à s’habiller. Quand Papa part au travail, c’est un monsieur qui vient le chercher avec une voiture comme la nôtre, mais en plus voyante. Papa apprend des tas de trucs à Agathe : à jouer au poker, à faire des blagues pourries, des rimes, le sens de l’humour, des gros mots, les principes de la laïcité, à jardiner, mais pas à faire du vélo, ni à nager ou à skier. Papa ne sert pas à grand-chose finalement. Lorsque maman est absente et qu’il est censé la garder, on peut se demander qui garde l’autre. 

Il est certain que mon rôle de père, désormais sur roulettes, n’est plus tout à fait aussi flamboyant qu’auparavant. Ses trois aînés peuvent en attester. Si mes nombreuses activités sportives me tenaient alors plus souvent éloigné du foyer (et de leur mère), je faisais au moins le taf en matière d’initiation sportive et culturelle. Avec Agathe, c’est très différent. Je la regarde pousser, attentif et fasciné, depuis six ans. Restée naturellement collée à sa mère comme une moule sur son rocher, elle nous a épargné sa phase œdipienne pour développer une complicité essentiellement littéraire avec son géniteur. Frustré physiquement de ne pouvoir partager davantage, je me concentre sur son développement cognitif. Son entrée au CP, même masquée, est source de grandes satisfactions pour elle comme pour moi, impressionné que je suis par son apprentissage express. Chapeau l’instit !
Je vais néanmoins devoir lui faire encore la lecture quelques années avant d’envisager l’inverse.

Tiens, je me demande ce qu’elle pensera de son père lorsqu’elle sera en capacité de lire et de comprendre les publications de ce blog. 

Par Michel Sorine

Michel Sorine

Ex sportif du dimanche et directeur d’Extra-Sports la semaine, il est également tétraplégique depuis 2014. Ce blog raconte l’histoire de sa nouvelle vie.

Voir tous ses billets

Il y a 17 commentaires

  • coco38 le 30.11.2020 à 11h53

    Forza Michel… Bonnes fêtes.
    Toujours si agréable de te lire.
    On est prêt pour 2021.. St Jacques, LUT, STL… et pourquoi pas le Marathon du Beaujolais 🙂

  • Arnaud Bachelard le 30.11.2020 à 12h31

    Toujours un plaisir de te lire. Tu fais partie de mes pensées quotidiennes. Des bises à toi.

  • Alain le 30.11.2020 à 13h56

    Sans nul doute, Agathe sera fière et reconnaissante. C’est le minimum qu’elle puisse faire en tant que fille du père qui conduit le fauteuil si je considère l’effet que me (nous ?) font les publications de ce blog.

  • Romain Slocombe le 30.11.2020 à 20h01

    Très très bel article cher Michel. Je pense souvent à toi, et en lisant ce texte je me dis que ta fille a de la chance d’avoir un père de ta qualité, oui vraiment. J’espère avoir le plaisir de te revoir bientôt dans ton restau préféré lorsqu’il aura rouvert. Bises et amitié, romain

  • Boivin le 30.11.2020 à 21h09

    Elle sera fière de son papa. Par contre Mim je ne savais pas que tu apprenais des gros mots à Agathe lol. C’est nous qui t’en apprenions lorsque tu avais son âge. Sinon toujours aussi fascinée par tes écrits. Bon les fêtes n’auront pas le même goût cette année, mais nous pourrons gâter nos enfants et se retrouver autour d’une bonne table. En attendant de te revoir en Bourgogne je t’embrasse ainsi que toute ta belle famille

  • Alain B le 01.12.2020 à 20h41

    C’est sûr qu’elle sera fière de son papa. Il l’aura fait grandir et elle le lui vaudra bien. Bises à vous.

  • Arthurbaldur le 02.12.2020 à 12h17

    Tu n’y a pas laissé tes neurones, ce n’était pas gagné. Elle a beaucoup de chance d’avoir un père comme toi avec une tête bien faite.

  • Yves kayak le 02.12.2020 à 13h55

    Michel..toujours aussi affûté dans tes analyses
    Ca fait du bien de te lire
    Bises à vous trois

  • Gery Anne le 02.12.2020 à 18h10

    j’ai tu temps pour te lire et suis toujours ravie t’avoir des tes nouvelles. un mélange d’humour, de colères, d’émotions, de patience, de tristesse et de finesse. Enorme bizzzz, Anne

  • Gamille le 02.12.2020 à 18h19

    Un vrai bonheur de lire ce billet….L’humour donne la pêche…
    Con et rampe donnent des crampes aux copropriétaires. Leur neurone ne doit pas avoir 8 cm de longueur …
    Pour l’qttestation , vous savez bien que en tant que tetra vous en êtes dispensé… alors…

    à bientôt autour d’une bouteille de Givry …….

  • Bertrand L le 02.12.2020 à 18h26

    Un billet qui se dévore comme une parenthèse dans ce monde de brutes !…
    Un an déjà que nous nous sommes salués, juste avant un petit bain de boue nocturne… salutaires ?
    De boue, debout, 2 bouts (à joindre) ? On passe toujours son temps à ce demander ce qu’on fabrique…
    En attendant, ta fille grandit 🙂

  • Stéphane le 02.12.2020 à 18h57

    Beau texte et belle plume, comme d’habitude.

  • Dufour le 05.12.2020 à 19h31

    Très émouvant et une plume remarquable.
    Michel, tu devrais écrire un bouquin
    Je pense bien à toi
    Amicalement

  • le coach le 08.12.2020 à 16h37

    Que deux jours de boulot par semaine et des promenades motorisées régulières avec madame, mademoiselle et le chien… bref toujours la belle vie Michel !
    En plus, pour frimer et nous rendre jaloux, des belles Nike noires, une peau parfaite, des urines limpides, un sommeil de bébé… Bravo mais je ne trouve toujours pas un mot, une pensée réconfortante pour ces pauvres septuagénaires obligés de se lever 2 ou 3 fois par nuit pour tenter de soulager leur vessie…et qui n’arrivent pas à se rendormir. Bref , toujours aussi autocentré !!
    Bon, mis à part ça l’apprentissage des gros mots c’est une bonne idée, ça aide l’enfant à se construire et pour l’humour c’est bien aussi même si la discipline a peu d’avenir. En Chine c’est désormais considéré comme « inapproprié ». En Russie, Turquie, Pays arabes et africains.. c’est peu recommandé et la liste s’allonge régulièrement. Je ne sais pas sûr que ça lui serve.
    De toutes façons quand elle fera du second degré sur les réseaux sociaux faudra bien qu’elle mette un smiley pour le préciser sous peine de se faire laminer par les tenants de l’ordre moral et de la bien-pensance

    au fait y’a de nouveau du monde sur le blog !.. dommage j’avais bien l’intention d’y être le seul et le dernier

  • Philkikou le 20.12.2020 à 16h36

    – Sur la première partie j’ai cru lire :
    « ….un transit de « qu’on pète ».. » et
    « ….assemblée des « con-propriétaires…. »

    -Et belle deuxième partie familiale avec les échanges avec ta fille: vous y perdez sur les échanges sportifs, mais vous allez y gagner sur les apprentissages intellectuels !

    Encore merci pour tes billets à coeur et à corps ouvert.

  • Georges le 02.01.2021 à 10h36

    « …pour me faire implanter cette puce 5G diluée dans le Big Pharma qui me permettra d’être totalement contrôlé par le puissant groupement libéral sioniste qui dirige le monde »; merci pour le sourire occasionné…

  • fanfan le 01.02.2021 à 19h00

    Mon cher Mchel, je suis certaine qu’Agathe dira :  » Chapeau Papa! ».
    je t’embrasse très fort.

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *