Extropied Redonner de la patate au légume Retour à l'accueil


Comment j’ai changé de vie sur un coup de tête…


2 avril 2021

Ceci est le préambule à tout ce que je raconte à travers ce blog depuis 7 ans. Pour ceux qui auraient envie de reprendre les choses depuis le début.

J’ai longtemps cru en ma bonne étoile. Et il faut reconnaître que jusqu’à ce fameux mois d’avril 2014, je m’en étais plutôt bien sorti. Jamais de pépin de santé, peu de bobos malgré quelques prises de risques bien inutiles, un itinéraire professionnel enviable, un environnement familial et affectif gratifiant… Bref, je devais sans doute incarner, dans l’imaginaire collectif, le “jeune” quinquagénaire dynamique, sportif et épanoui. Et pourtant, quelques jours après avoir fêté sobrement mon cinquantième anniversaire, ma vie a basculé à jamais un 1er avril (ça ne s’invente pas). Passionné de vélo depuis toujours, c’est en vélo que, ce jour-là, je me suis brisé la moelle épinière niveau C6/C7 (les connaisseurs apprécieront). Une lésion synonyme de tétraplégie incomplète. Le handicap n’était pas franchement pour moi une découverte. Mon frère aîné, disparu en 1999, était IMC de naissance et j’ai grandi à ses côtés. De là à m’imaginer un jour à sa place en fauteuil roulant…Quelques jours après le crash, ayant recouvré totalement mes esprits, je vécus un second choc en réalisant que j’avais perdu la mobilité des jambes et partiellement des mains, et que j’avais toutes les chances que ce soit définitif. Je venais de commencer une très longue phase dite d’”acceptation”, plus ou moins longue selon les individus. Pour accompagner les néo-handicapés dans cette longue période de résilience, il existe peu de moyens en rayon : le recours à un psy, aux antidépresseurs, aux drogues illicites et accessoirement les échanges avec d’autres handicapés partageant les mêmes problématiques… Pour ma part, 6 jours seulement après l’accident, j’ai récupéré mon IPad et, de mon doigt encore valide, j’ai entrepris d’écrire ce que je vivais à travers un blog : “Extropied”, ou comment redonner la patate au légume que j’étais devenu.

L’objectif premier était d’informer collectivement tous ceux qui faisaient le siège de ma chambre, de ma messagerie, ou de mes proches, pour donner signe de vie, me témoigner leur sympathie, obtenir des nouvelles fraîches. Puis, presque immédiatement, ce fut le moyen besoin d’exprimer ma douleur, ma colère et de partager cette expérience insoutenable, ce plongeon dans l’inconnu, avec le plus grand nombre. Rapidement, j’y ai étrangement pris un vrai plaisir. Plaisir de tout dire, de ne rien cacher et de le faire avec un certain détachement. Quite à presque tout perdre, autant garder l’humour. Plaisir également de lire après chaque publication des dizaines de commentaires postés par des personnes connues, inconnues ou perdues de vue, fidèles ou de passage, qui m’ont fait sourire, réfléchir ou pleurer.

Depuis ce mois d’avril 2014, j’ai publié plus de cinquante billets sur ce blog. En les relisant, je réalise l’ampleur du chemin parcouru depuis sept ans, la violence des moments traversés, l’importance de certaines rencontres, l’acceptation froide d’une réalité insupportable, ce long et nécessaire apprentissage du handicap normalisé… Je vous invite à partager cette expérience originale en découvrant les billets “Extropied”, dans leur ordre chronologique de parution. Il est sans doute important de respecter cette progression dans la lecture afin de percevoir la lente transformation du papillon en crysalide autonome et l’évolution psychologique qui fut la mienne, au gré de mes doutes, des épreuves traversées et de l’actualité extérieure. Des attentats de 2015 au feuilleton politique, de l’affiche culturelle aux avancées scientifiques ou au Covid 19, le monde vu depuis un lit d’hôpital, puis d’un fauteuil roulant.

Par Michel Sorine

Michel Sorine

Ex sportif du dimanche et directeur d’Extra-Sports la semaine, il est également tétraplégique depuis 2014. Ce blog raconte l’histoire de sa nouvelle vie.

Voir tous ses billets

Il y a 9 commentaires

  • DURIF FLORENCE le 02.04.2021 à 9h05

    7ans.. Un cycle de vie où toutes les secondes semblent avoir été nécessaires… Et indispensables à ceux qui vous lisent.. La relativité de tout ce qui nous arrive… Et cette phrase qui me vient qd tout semble s écrouler  » ça va aller  ». Merci

  • Totoy Sorine le 02.04.2021 à 9h28

    7 ans de jardinage, de partage, de pâtes al dente, de fierté et 23 ans d’amour

  • Arthurbaldur le 02.04.2021 à 12h28

    Cette transformation, elle est pleine et entière aujourd’hui ? L’intensité du ressenti (colère ou autre) doit diminuer dans le temps et se transformer peu à peu en une forme de nostalgie plus acceptable mentalement mais j’imagine que ce ne doit pas être facile de bosser dans l’évènementiel sportif quand on a perdu tout ce pan de sa vie qu’était la pratique sportive. C’était tellement enchevêtré pour toi dans ta vie personnelle, pro … T’es sacrément costaud dans ta tête. Enfin de ce qu’on en voit.

  • Jean Claude MOUTON le 03.04.2021 à 10h28

    Cher Michel
    Je vais rattraper mon retard de lecture des épisodes des 2 dernières années . Possibilté de se voir si tu le souhaites
    Jean Claude MOUTON

  • Vaillant le 03.04.2021 à 16h14

    Amitié fidèle même si distanciee

  • Christine le 03.04.2021 à 18h24

    Bonjour Michel,
    J’ai lu tous tes billets depuis de début. Ils sont passionnants ,extrêmement bien écrits, plein d’humour et d’humanité.
    Sérieusement tu devrais contacter des éditeurs pour publier tes textes.
    Cela ferait un excellent livre.
    Bizous

  • Anne Haycraft le 05.04.2021 à 7h18

    Cher Michel, j’ai lu tous tes post à leur parution dès le début. J’ai même été courir dans ce tunnel le mois suivant juste pour voir (en fait rien voir !) Je connaissais ton nom car on faisait partie du même milieu sportif. Curieuse de nature, j’étais intéressée par l’expérience humaine que tu racontais et je dois dire que contre toute attente, j’ai souvent ri ! Ton sens de la formule, ton auto dérision t’ont permis d’aborder ce sujet tragique sans jamais me tirer une larme, avec ce qu’il faut de délicatesse et de pudeur sur ce qui touche à l’intime… MERCI pour tout ça ! Ceci dit, j’espère que tu ne t’arrête pas là hein ?

  • Philkikou le 06.04.2021 à 6h07

    suivi tes conseil et relu ton 1° billet du 6 Mai 2014 :
    « Comment ma vie a basculé le 1er avril du côté mauvaise blague ?

    Le printemps avait pourtant bien commencé, il faisait beau, les températures clémentes me permettant d’afficher fin mars un kilométrage et un bronzage de professionnel.

    « …J’ai aussi une pensée émue pour mon grand frère, aujourd’hui disparu et paraplégique professionnel de son vivant. Ne pouvant franchement plus compter sur moi même, j’ai quelques piliers sur lesquels m’appuyer : mes enfants, ma famille, ma chérie (et sa nombreuse famille), mes amis et ma boîte même si il faut bien l’admettre, je glande grave depuis 15 jours… »  »
    Croisé virtuellement sur Kikourou, vu furtivement à une arrivée de la SaintéLyon mais sans oser t’aborder, je suis à distance ton aventure / mésaventure par l’intermédiaire de tes billets. Si comme tu l’écris « Rapidement, j’y ai étrangement pris un vrai plaisir. Plaisir de tout dire, de ne rien cacher et de le faire avec un certain détachement. Quitte à presque tout perdre, autant garder l’humour. » , nous aussi côté lecteurs nous prenons un vrai plaisir à te lire, à passer de la tristesse, la peine à un sourire ou un rire. Que ce soit par des valides ou des PMR ( Personne à Mobilité Réduite ) tes textes peuvent parler, aider, toucher plein de personnes car tu as pris le partie de te « Permettre Même d’en Rire ». Merci de continuer à nous raconter tes amis, tes amours, tes emmerdes 😉

  • Sandrine le 06.04.2021 à 17h49

    7 ans de montagnes russes, d’ascenseur émotionnel, que tu narres si bien au fil de cette cinquantaine de billets .
     » Je me prépare à vivre comme ça. Un peu moins pour moi-même, beaucoup plus pour les autres » .
    Cette phrase est de toi et elle date de juin 2014.
    La balance s’est inversée, n’est-ce pas, durant ces 7 ans ? ou du moins équilibrée… 😉
    Je t’embrasse

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *